Interview avec BigSeuf suivi de l’EP Constant Elevation en écoute

BigSeuf, beatmaker basé à Paris, dont on a déjà pu apprécier la qualité de ses productions sur la dernière compilation du label Kriegspiel, tout comme sur de nombreux titres et EPs diffusés sur la toile, depuis maintenant quelques années, fait partie des instigateurs du footwork en France.
Avec son nouvel EP intitulé "Constant Elevation ", sorti le 17 janvier dernier, BigSeuf continue ses explorations sonores footwork et se lance dans un nouveau cycle.
Pour Crème de Sons, il a eu la gentillesse de bien vouloir répondre à quelques de mes questions, l’occasion d’en savoir un peu plus sur lui, parler de son dernier EP, de sa passion pour le footwork et de ses projets, notamment, celui de regrouper au sein d’une compilation, le meilleur de la French Footwork.
A lire l’interview, juste après ceci, enjoy!

C’est quoi l’histoire derrière ton pseudo BigSeuf? Est-ce un hommage ou une passion pour les gros boules?

L’histoire derrière ce nom est toute simple, mais très personnelle. Je préfère donc la garder pour moi comme un jardin secret. C’est aussi un hommage et une déclaration d’amour aux jolies fesses bien rebondies que j’affectionne, c’est certain.

Ton alias c’est Initial B., comment préfères-tu que l’on t’appelle?

Initial B. j’y ai pensé pour les gens que le nom Bigseuf pouvait déranger. Je crois en avoir rencontré… En même temps, il y a un clin d’œil à Gainsbourg et sa chanson "Initials B.B." que j’adore. Je ferais bien d’ailleurs d’essayer d’en faire un morceau Footwork un de ces jours. Bon, finalement je ne l’utilise pas souvent. Peut-être qu’un jour je sortirai un projet sous ce nom d’Initial B. même si j’ai déjà d’autres pseudos en attente qui traînent sur Soundcloud et que la priorité reste à Bigseuf.

Qu’entends-tu par l’expression Elephant Producer?

C’est parti d’un délire avec un ami, Mark Davies, qui est photographe professionnel et qui a shooté la cover du "Cuttinvibz EP". L’éléphant représente cette musique lourde, avec une grosse basse écrasante, répétitive, un peu comme la démarche d’un éléphant. Après, la trompe d’éléphant doit certainement être le pendant des gros boules. Inconsciemment, il y a certainement une connotation sexuelle (lol!)

En 2013 sort donc ton 1er EP "Cuttinvibz", plutôt éclectique, avec un penchant pour la scène urbaine UK , suivi de "The Summer EP", qui marque clairement ton virage vers le footwork. Qu’est-ce qui t’as poussé à faire le choix du footwork et comment as-tu pu en maîtriser aussi rapidement les codes?

Le "Cuttinvibz EP" représente la fin d’un cycle. Même si sa sortie a eu lieu en 2013 certains des morceaux qui le composent datent de bien plus longtemps. "Zero To Midnight" par exemple a été fait en 2009.
La scène UK m’a toujours plu et avec le hiphop US/français, c’est ce qui compose à 90% ma bande son. Le label Warp avec Aphex Twin, Autechre, des groupes comme L.F.O., 808 State, Coldcut, Altern 8, Goldie, Dom & Roland, etc. Tout ça pour dire que j’ai découvert le Footwork grâce au label Planet Mu avec les compilations "Bangs & Works", puis le premier EP de DJ Rashad chez Hyperdub "Rollin" qui fut une révélation.
Et plus j’écoutais du Footwork, plus je rentrais dedans et ça donne cette sensation de virage avec "The Summer EP".
Je crois que cette musique m’a transporté dans le futur tout en englobant mon passif musical. Une construction Drum’n’Bass/Jungle, les sub-bass, un côté hip-hop par les voix et aussi cette façon d’intégrer différentes influences musicales tout en étant du Footwork à part entière. Le tout lié avec une danse spectaculaire. On peut parler d’un choc.
Pour reprendre la chanson “Last night a DJ saved my life”, je pourrais dire “La nuit dernière le Footwork m’a sauvé la vie” ou plus précisément  “La nuit dernière, DJ Rashad et DJ Spinn m’ont sauvé la vie”.
Donc, pour répondre à ta question, plus q’un choix, ça été une évidence pour moi.
Après, est-ce que j’en maîtrise les codes ? Je me dis souvent que tant que je n’aurais pas assisté à une grosse battle de danse Footwork, il me manquera quelque chose. C’est peut-être pour ça et c’est ce qui fait aussi à mon avis la force du Footwork que finalement, cette musique sonne différemment selon qu’elle vient de Chicago, du Japon ou d’Europe.

Comment s’est déroulée la réalisation de ton dernier EP "Constant Elevation", quels sont tes outils de production et quelles ont été tes sources d’inspiration?

La réalisation de ce EP a été plus longue que d’habitude. Je cherchais un son que j’ai mis longtemps à trouver. Je n’ai pas la chance de pouvoir me consacrer exclusivement à la musique, j’ai un job tout autre et une vie de famille et du coup, cette recherche a pris du temps. Parfois, je me suis même dispersé en créant des morceaux (ou plutôt des boucles…) à la pelle.
Mes outils sont simples, un laptop, FL Studio/Live et voilà. J’ai fait l’acquisition d’un JU-06 de chez Roland qui sera beaucoup plus présent dans les morceaux à venir. Pour le moment, on le retrouve seulement dans le morceau "Backtrack", mais ça reste discret.
Mes sources d’inspiration viennent de Chicago évidemment. Tout le Teklife crew, en particulier DJ Rashad et DJ Spinn. Jlin aussi, qui à mon sens a changé les règles du jeux. Après, Aphex Twin et Autechre sont toujours présent lorsque je compose. Je ne suis pas sûr que cela s’entende, mais ils sont bien là (lol).

Est-ce une forme d’urgence qui t’as poussé à avancer la sortie de ton EP?

Un peu oui. D’abord parce que ça faisait longtemps que j’étais sur ce projet et qu’à force de le triturer, j’avais l’impression de le dénaturer. Mais aussi parce que finalement, tout était là. Ça correspondait bien à ce que je voulais sortir.

Es-tu satisfait du résultat ou comme le suggère le titre de l’EP, tu as encore de la marge de progression?

Oui, je suis satisfait. Comme je le disais, le EP reflète une période précise de créativité. C’est aussi pour ça que j’ai avancé la sortie du EP: je suis rentré dans un nouveau cycle. Dès lors, je n’avais pas envie de revenir en arrière, ce qui est passé est classé, j’avance.
Comme tu l’as compris, le titre "Constant Elevation" le suggère. Bien sûr, je pense avoir encore une marge énorme de progression. Et je vais faire tout ce que je peux pour que les prochains morceaux soient encore meilleurs.

Que penses-tu de la scène française footwork? Penses-tu qu’elle peut décoller et que l’on puisse assister à l’éclosion de collectifs french footwork?

La scène Footwork française n’est pas encore très développée. Rien de très fédérateur n’a encore été fait dans ce sens. Il y a bien le label Booty Call qui fait des trucs supers : des soirées, une émission sur Rinse France (enfin je ne sais pas si elle y est encore depuis la rentrée 2015) même si je crois sans vouloir dire de bêtise qu’il s’oriente plus vers la Ghetto House maintenant. Après est-ce que ça peut vraiment décoller ? J’avoue que je n’en sais rien. J’ai bien envie de répondre OUI. Par contre, qu’on assiste à l’éclosion de collectifs, ça c’est certain. Il y a quelque chose qui se passe, ça bouillonne un peu, non ?

Tu m’as fais part d’un projet de compilation de French Footwork? Qu’est-ce que tu peux nous dire à ce sujet? Peux-tu déjà nous citer des noms de producteurs qui vont y figurer?

Tout à fait. Dans l’esprit d’un collectif French Footwork, 1H9!N et moi-même sommes en train de monter une compilation qui s’appellera "Le French Work", regroupant des producteurs français et francophones. La compilation doit voir le jour en mai. On est encore dans le démarchage de producteurs. Mais plus qu’une compilation, si ça pouvait aboutir à un collectif, la création d’une vraie scène, ça serait formidable. D’ailleurs, je lance un appel aux beatmakers francophones et français. Si vous souhaitez participer à l’aventure, envoyez-moi au plus vite un message sur Soundcloud
Bref, ça prend forme et on veut vraiment amener de la qualité. Je ne te citerai pas de noms pour l’heure, tant que rien n’est fait, c’est secret, mais dès qu’on a la liste finale, je ne manquerai pas de te tenir informé !

D’autres projets en cours aussi bien musicaux qu’en dehors pour 2016?

Of course! Plusieurs projets musicaux sont prévus pour cette année. Déjà, diffuser un maximum "Constant Elevation". Je suis très fier de cet EP et je voudrais vraiment lui donner une bonne diffusion. Ensuite, j’ai un morceau qui sort sur la compilation volume 2 du label anglais Route 1 Audio. C’est ma UK family, ils me suivent depuis le "Cuttinvibz EP" et je ne leur en serai jamais assez reconnaissant. En particulier de ce que RNDM et Monkixx, les deux gars qui tiennent le label, font pour moi. J’en profite donc pour leur faire une grosse dédicace.
Ensuite, un remix devrait voir le jour courant mars pour un artiste anglais. Un morceau Bass Music revisité à la sauce Juke/Footwork. Exercice super excitant. Je l’avais d’ailleurs fait pour Route 1 Audio en 2015. J’avais remixé "Orient Ale" de Monkixx, excellent morceau Dubstep remixé en mode Footwork. Ils ont sorti un EP disponible sur Juno pour ceux qui souhaite le découvrir.
Puis la compilation "Le French Work". On se mobilise (1H9!N et moi-même) pour créer une scène Footwork rayonnante en France. La qualité est déjà là, donc ça va le faire!
En dehors de la musique, j’ai en effet d’autres projets plus personnels mais ça n’intéresse que moi… lol

Bigseuf_ConstantElevation_cover

"Constant Elevation " est disponible via la page bandcamp de BigSeuf

Bigseuf est sur:
Soundcloud
Facebook
Twitter