Exclu: Interview avec bahnhof::zoo et écoute inédite de “MFKR EP”

La première fois où j’ai eu à mentionner bahnhof::zoo sur mon blog, je vous le présentais comme un beatmaker dont le hobby est de jouer avec des boutons. Présentation plutôt réductrice! Car celui dont le nom rend hommage à Berlin est bien plus qu’un simple manipulateur de sons, il est au regard de sa longévité et de son impressionnant catalogue, ce que l’on pourrait considérer sans mal une référence de la musique urbaine.

A l’occasion de la sortie de "MFKR", EP de deux titres, où Bahnhof::Zoo revient sur un bon vieux footwork aux influences jungle tout en se projetant vers 2016 avec un son neuf, témoin de d’une meilleure maîtrise de ses outils de production, j’ai eu le privilège d’échanger quelque mots avec ce talentueux producteur que vous pouvez lire dans l’interview qui suit.

(Note: An english version of this interview is also available just after the french version)

Peux-tu s’il te plaît te présenter à mes lecteurs?

Je m’appelle Stéphane, je viens à l’origine de la région de Tours. Je me suis expatrié aux Pays-Bas début 2007, où je vis depuis dans la banlieue d’Amsterdam. Je fais de la musique depuis l’âge de 12 ans et je produis depuis mes 18 ans. À la sortie de la fac, j’ai monté mon label associatif Nidali Records pour pouvoir m’auto-produire en toute liberté, et cela fait maintenant bientôt 12 ans que l’aventure continue.

Qu’est-ce qui t’a amené à produire du footwork ?

J’ai découvert la culture Juke aux alentours de 2013 lors d’un voyage à Chicago. J’ai de la famille là-bas, ce qui m’amène à voyager régulièrement du côté des States. Je suis tombé un peu par hasard sur l’album "Welcome To The Chi" de DJ Rashad et le déclic à été immédiat.
Étant moi-même musicien et producteur depuis de nombreuses années, je stagnais depuis quelques temps, et le footwork m’a ouvert de nouveaux horizons, m’a permis de me libérer de contraintes imaginaires que je m’était imposées à moi-même au cours des années. J’aime le sentiment de liberté que m’apporte le footwork.

En quoi consistent tes outils de production?

En fait je commence par retraiter mes samples dans Ableton Live, la fonction "Warp" permet de faire des choses formidables! Mais une fois tout cela bien découpé, je mets tout dans Native Instruments Maschine pour faire mon petit mélange. J’utilise principalement les effets intégrés au logiciel, ainsi que les séries "Plug Out" de Roland pour les parties de synthé, et quelques effets vst de chez Waves Plugins pour le mixage.

Comment gères-tu tes activités de manager de label et producteur?

En fait j’ai crée le label associatif Nidali Records en 2003 avec des potes. Au fil des années, les amitiés se sont défaites, et depuis 2013 je gère seul le label. C’est avant tout une plateforme qui me permet de diffuser mes différents projets musicaux sans contraintes.
Au départ, le label sortait principalement des EP auto-produits sur CD-R jusqu’en 2013, avant de devenir entièrement basé sur le web. Je me rappelle encore graver des CD-R à la main quand on a commencé, et les distribuer à la sortie de nos concerts… les temps ont bien changé. C’est assez amusant de voir comment le business à évolué au cours de la dernière décennie. Les progrès du web ont permis à une nouvelle génération de musiciens de prendre son essor, de s’exprimer et de trouver son public sans avoir à subir les contraintes des grandes maisons de disque. Le problème dans ce nouveau modèle économique, c’est la rémunération. Alors j’ai pris le parti de simplement proposer la plus grande majorité de mon catalogue gratuitement; quand tu oublies l’aspect financier, tu peux te concentrer sur l’art.
Cela reste malgré tout un hobby, j’ai un boulot comme tout le monde pour payer les factures, mais c’est vrai que la gestion du label et la production musicale occupe une grosse partie de mon temps libre, au grand désespoir de mon épouse…

On observe une émergence du mouvement footwork un peu partout en Europe. Quel est ton regard vu d’Amsterdam sur le footwork en France et quels sont tes rapports avec les producteurs français?

Je suis bien sûr de près ce qui se passe avec le label Booty Call Records, le EP "Critical K" de Kidgagball sorti récemment est une pure merveille. Je suis également de très près l’évolution d’un petit label un peu moins connu nommé Kriegspiel, et qui sort depuis quelques temps du son de qualité.
Je t’avouerais que j’ai plus de contacts avec la scène anglaise et japonaise, je ne suis pas certain d’être sur le radar des producteurs ou labels français… mais je suis toujours ouvert pour une collab’ musicale, à bon entendeur!

Quels sont les producteurs émergents, avec qui tu aimerais collaborer?

Le premier album de JLin, "Dark Energy"(disponible chez Planet Mu), est définitivement ma révélation de l’année. Elle a un univers bien à elle, elle a réussi à s’approprier l’esprit du footwork et y injecter un souffle nouveau. Ça fait du bien de voir un peu de renouveau sur une scène qui manque parfois tant d’originalité.

Que peux-tu nous dire au sujet de ton projet "MFKR EP"?

Depuis quelques mois, je suis membre permanent du collectif Tenth Degree; j’ai sorti un ep de remix en mai nommé "Close yr Eyes", et un second ep 7 titres est prévu pour début juillet.
Entre les deux, je voulais offrir un petit cadeau à tout ceux qui m’ont supporté depuis maintenant bientôt deux ans, et m’ont poussé à persévérer. Ce morceau inédit, nommé "MFKR" a été produit il y a quelques mois. Il est tellement différent de mes productions habituelles qu’il n’a jamais vraiment trouvé sa place sur aucune de mes releases officielles. On pourrait décrire ce morceau comme un mélange entre les vieilles productions de Machinedrum, et du footwork jungle. Le remix a été réalisé par mon pote DJ b3no, qui avait déjà fait un remix pour moi sur mon premier ep pour Tenth Degree.

Que nous réserves-tu pour les mois à venir?

Mon nouvel EP nommé "Amsterdam Footwork", composé de 7 nouveaux titres, devrait sortir sur Tenth Degree début juillet (date à confirmer), et je finalise actuellement avec dj b3no le premier ep de notre projet en commun, nommé "Hidden Agenda".
Hormis cela, quelques titres inédits devraient aussi sortir durant l’été sur diverses compilations, notamment sur le nouvel ep du label japonais V.O.C. Je vais aussi sortir des titres en téléchargement gratuit disponibles exclusivement via ma page soundcloud.
Je suis donc assez occupé comme tu peux le voir. Au milieu de tout cela, j’essaye également de réfléchir à mon premier album, qui devrais sortir courant 2016 sur Tenth Degree, avec peut-être quelques concerts derrière… Pas de répit durant l’été, donc!

Gros Merci à bahnhof::zoo!

Lancez le player juste après ceci pour une écoute du "MFKR EP":

Tracklist:
1. MFKR
2. MFKR ( B3no Remix)

"MFKR EP" est en téléchargement libre sur la page soundcloud de Crème de Sons

Les "Summer 15 Freebies" de bahnhof::zoo sont sur sa page soundcloud

The interview in english is here:

Could you please introduce yourself to my readers?

My name is Stephane, i originally come from the area of Tours (France). I have moved to Netherlands around 2007, where i live now in a suburb of Amsterdam . I play music since the age of 12 and i am producing since i am 18. After the college, i have build up Nidali Records, an associative label in order to produce all by myself in complete freedom and it’s been nearly twelve years now that the story goes on.

How did you come to produce Footwork?

I have discovered the Juke culture around 2013 during a trip to Chicago where I do have family. There i have came across "Welcome To The Chi" from DJ Rashad completely by accident and things just fell in place.
As a musician and producer for many years, i became stale and Footwork just opened me up to new areas and helped me to get rid of my imaginary pressures that i have set to myself during the years. In fact i love the feeling of freedom that Footwork brings to me.

Could you tell us in what consist your production tools?

First, I start with reworking my samples in Ableton Live, the "Warp" function is just amazing! Then, when everything is well cut, I put all the pieces in Native Instruments Maschine to do my special mixture. I use mainly the integrated software effects as well as the Roland "Plug Out" sets for the synthesized parts, and some VST effects from Waves Plugins for the mix.

How do you manage your role as a head label and at producing?

Back in 2003 i have created Nidali Records with some friends as an associative label. Unfortunately, friendships just came apart with years, since then i run all by myself. Nidali Records was first and foremost build to let me release all of my musical projects without any restrictions. So it was all about CD-R auto-produced EP until 2013 before being based on the web. I still remember our beginnings with burning CD’s and delivering them at the end of our shows. Times have changed… It’s a kind of funny to see how the business has evolved during the last decade. With the continuous growth of web, a new generation of musicians just took off, expressed itself and found its own audience without undergoing big record labels restrictions. The problem with this new economic model, it’s the remuneration! So i decided to let most of my catalogue, on free download! When you forget the financial aspect, you can concentrate yourself on your art.
But it’s still a hobby! I have a job like most of people to pay the bills but managing the label and do the musical production take a big part of my spare time, at the great despair of my wife.

The footwork movement is rapidly emerging all over Europe. Seen from Amsterdam, what is your feeling about the french footwork scene and do you have any contacts with french producers?

I do follow with a lot of attention what is going on over there. Labels like Booty Call Records with their last release "Critical K EP" from Kidgagball is a pure gem or lesser known like Kriegspiel which releases day after day sounds of quality. I must admit that i have more contacts with british and japanese scenes and i am not sure to be in the sight of french producers or labels. But a word to the wise i am still opened to any musical collaboration.


Among the emerging producers, whom do you like to collaborate?

The first album from JLin titled "Dark Energy" (available via Planet Mu) is definitely my revelation of the year. She has this unique universe in which she succeeds by injecting some new breath and keeping the spirit of footwork at the same time. It’s just feel good to see some revival in a scene that lacks sometimes originality.


What can you tell us about the "MFKR EP" project?

For some months i became a permanent member of the Tenth Degree collective. I have released in May a remix EP titled "Close yr Eyes" (available here), and a second 7 tracks EP is due for the beginning of July. Between these two, i wanted to offer a gift to all those who gave me their support and helped me persevere for the last two years. This exclusive track titled "MFKR" was produced some months ago. It’s a bit different from my former productions and could not find its place in any of my official releases. We could described it as a blend of old Machindrum productions and footwork/jungle. The remix was produced by my mate DJ b3no, who already did a remix for me on my 1st EP for Tenth Degree.

What do you have in stores for the next months?

An all new 7 tracks EP called "Amsterdam Footwork" under Tenth Degree label is due in July (date to be confirmed) and i am actually finishing the first EP of our collaborative project with dj B3no titled "Hidden Agenda".
Also some exclusive tracks would be released during the summer on various compilations, like on the next EP released by V.O.C, a japanese label.
I will also release some tracks on free download exclusively via my soundcloud page.
As you can see i am very busy. Among all of this, i am working too at my first album which should be released in 2016 on Tenth Degree, with maybe some shows to go along with it…

There will be definitely no sleep during this summer!